Installé dans le 8e arrondissement, on ne peut plus proche des Champs-Élysées, le théâtre du Rond-Point est un site prestigieux ayant subi les nombreuses influences de ses multiples directions et architectes.

Origines du projet

La création du théâtre du Rond- Point est en grande partie due à Napoléon 1er. Souhaitant promouvoir et illustrer la grandeur de l’empire, il décide de faire construire des rotondes (au nombre de huit), monuments assez grands pour y accueillir les panoramas de ses plus belles batailles.

Histoire perturbée

Le projet est interrompu par les complications politiques vécues en 1812 et reprend vingt-six ans plus tard sous les ordres de l’architecte Hittorf. Choisi par Louis-Philippe, il est chargé de réaliser une rotonde idéalement située. Celle-ci fut inaugurée en 1839 mais très rapidement détruite lors de l’Exposition Universelle de 1855. Un nouvel architecte, Gabriel Davioud, imagine dès lors un nouvel édifice nommé Panorama National, comprenant le Rond-Point, où sont exposées selon le souhait de Napoléon 1er, les grandes batailles de l’Empire.

La Belle Epoque

La Rotonde du Panorama National connait son apogée en 1894. Transformée en Palais de Glace, elle abrite un café, une promenade, une estrade pour l’orchestre et une immense patinoire très en vogue à la Belle Epoque.

Renouveau

En 1981, la compagnie de Madeleine Renaud et Jean-Louis Barrault quitte l’ancienne gare d’Orsay et investit le théâtre du Rond-Point faisant appel aux architectes Biro et Fernier pour réaménager la rotonde. Le théâtre du Rond-Point accueille son premier public en mars 1981 et présente des œuvres de l’époque au même titre que des spectacles traditionnels d’Extrême-Orient.
Dès 1991, débute une succession de divers directeurs et compagnies. En 1991, Robert Abirached se voit confier la gestion du théâtre par le ministère de la culture et nomme Chérif Khaznadar directeur du théâtre. Il laisse la place en 1995 à Marcel Maréchal qui va, à son tour, remodeler et redécorer le théâtre ainsi que renommer les différentes salles que celui-ci comporte. La Renaud-Barrault (grande salle) compte à présent 760 places.

Philippe Buquet dirige provisoirement le théâtre de 2000 à 2001, suivi de Jean-Michel Ribes en 2002. Pendant cette période, ce lieu devient un espace multitâches, décoré par Patrick Dutertre.

Aujourd’hui

Le Ministère de la Culture et la Mairie de Paris subventionnent à parts égales le théâtre du Rond-Point. Il reste l’un des monuments les plus emblématiques de Paris et accueille chaque jour, un public de plus en plus large. Le Rond-Point a la particularité de ne présenter que des auteurs encore en vie, pour du théâtre, mais aussi du cirque ou des spectacles d’humoristes.